19.04.08

14.Le pays des autres

C’était dans le pays froid, celui des petites filles câlines et des anges haut dans le ciel. Le pays ou Elise est né . D’une mère laide et vieille, une bonne femme de la campagne. D’un père violent et affreux, la si jolie Elise qui reste dans sa chambre assise en tailleur. Elise qui n’avais pas d’amis, Elise. La petite Elise si noire si seule. Tout les vieux à la foire aux enfants, Elise qui n’as pas le droit de se rendre au village, inconnue du monde qui veux la connaître. Son père rentre dans la petite pièce au mur recouverts de tapisserie rose et ancienne, une petite Elise assise en tailleur les mains levés, des gestes lents et angéliques, sa voix douce qui s’élève. Des prénoms, des amis, Caller, Jick, Lertelle et Salauna. Le père furieux qui se précipitent et la frappe au visage. Ses grands yeux bleus avides de découvertes qui vois le sang couler sur sa robe de nuit blanche, mais Elise que fais-tu ? Mais ma maman m’as dit de ne pas de dire oui ! Mais Elise ! Mais reviens Elise! La voilà partie seule, accompagné de Jick, Caller, Salauna et Lertelle. Dans le pays ou le jour ne se lève jamais, là ou la neige est vierge de trace car la neige glacial souffre et hurle c’est Elise qui s’enfuis dans la nuit. Ses petites jambes qui s’agitent, son souffle qui va vite, ses cheveux blond qui s’envolent … Ne te réjouis pas trop vite Elise, c’est les petites filles câlines dans leurs habits transparents et leurs boucles brunes qui sont heureuses, toujours un doigt dans la bouche, elles n’aiment pas les étrangères encore moins les petites filles blondes au teint pale qui saignent de la bouche. Elles lui montrent des choses à Elise , et c’est la peur qui arrivent sur son char noir immense et paralysant. Elise se cache . Elise attend. Elise en a trop vu . Elle reprend sa route et vois la neige blanche … elle ne connais pas cette neige cette reine blanche, et décide de s’en aller ! Son cœur veux exploser et elle veux s’en aller. Un pas… Un petit pas, puis un deuxième . Un hurlement. Un horrible hurlement qui sembles émaner de l’étendue blanche, Elise sursaute mais bientôt ce son lui plait, elle continue son chemin, sa robe de nuit qui vole et ses petites mains levés, des gestes lents et angéliques, sa voix douce qui s’élève.

Posté par Blaspheme à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 14.Le pays des autres

Nouveau commentaire